un Chretien peut-il feter les fetes d'anniversaire?

Jamie
Jamie

le 23/11/2017 à 05:16 Citer ce message

La célébration de la fête d’anniversaire

Qui dit célébration dit gâteau. Cette tradition remonte en fait à la Grèce antique et a à voir avec sa mythologie.
En effet, les grecs mangeaient du gâteau pour honorer Artémis, la déesse de la lune et de la chasse. Ils fêtaient son anniversaire avec un gâteau au miel, rond comme la Lune, éclairé par des cierges pour imiter la lueur de la lune, et ils se mettaient à genoux pour prier avant de souffler les bougies, c’est aussi pourquoi nous faisons un souhait quand nous les soufflons.
Si les grecs voyaient les formes des gâteaux et les souhaits qu’on fait de nos jours, je vous assure qu’ils seraient exaspérés.

L’anniversaire au cours des âges

Pensiez-vous que l’anniversaire avait toujours accompagné l’homme au cours de son histoire ? Cette idée reçue est d’autant plus surprenante que l’anniversaire tel que nous le connaissons a à peine plus d’un siècle. Pourtant, ses origines remontent bien à plusieurs milliers d’années.
L’histoire de la célébration de l’anniversaire

On suppose que les origines de la célébration de l’anniversaire de naissance trouvent leurs racines dans la période perse et Grèce. À cette époque, c’était les rois, les Dieux et les esprits qui étaient célébrés tout au long du calendrier de l’année. Cependant, on y verra la naissance du gâteau d’anniversaire et de ses bougies, le tout associé à la date de naissance du citoyen, même si c'est un Dieu qui sera célébré ce jour-là.
Par la suite, les Romains, héritant des rituels d’une croyance hindoue, Mithra, créeront une grande cérémonie dédiée à la naissance d’un citoyen. Les cadeaux et autres présents feront partie de la tradition alors.
Par la suite, les Chrétiens associeront cette cérémonie à du paganisme et la rejetteront pour quelques siècles. Cependant, elle continuera d’exister dans l’anniversaire du Saint dont on porte le nom, qui sera lui, célébré chaque année (les fêtes patronales pour les saints patrons : Notre Dame, chaque 15 Août par exemple, on la fête a Petit-Goâve et aux Cayes etc…) . Les protestants remettront, pendant le siècle des lumières, l’anniversaire de l’individu au goût du jour. Et aujourd’hui, notre manière de célébrer cet évènement est bien le mélange de toutes ces histoires.

De grandes variations dans le temps

On observera, en parcourant notre histoire, que l’anniversaire n’a jamais totalement disparu. Sa définition a souvent changé, passant de la célébration de divinités à celle du Saint dont on porte le nom, jusqu’à celle des enfants, pour finir par nous tous. Il y eut des périodes sombres où cette pratique a été bannie, considérée comme païenne et condamnée. Aujourd’hui, l’anniversaire est implanté dans chacune de nos vies avec une telle évidence que jamais nous ne soupçonnerions qu’il a pu un jour ne pas exister.
La célébration des anniversaires de mariage

Il est traditionnel de fêter certains anniversaires de mariage, particulièrement le 50ème (les noces d'or) et le 60ème (les noces de diamant). L'évolution de la société fait qu'elles vont devenir plus rares d'une part parce que l'on se marie de plus en plus tard et d'autre part parce que l'on divorce plus souvent. - On fête aussi les cinquante ans de sacerdoce d'un prêtre. On les appelle parfois noces d'or sacerdotales ou jubilé sacerdotal.
La célébration des anniversaires de mariage est d'origine païenne et assez obscure : Au départ, ces commémorations rappelant l'acte primitif ne concernaient que certains anniversaires : les noces d'argent pour l'anniversaire des 25 années de mariage, les noces d'or pour les 50 ans de mariage et les noces de diamant pour les 75 ans de mariage (aujourd'hui devenues noces d'albâtre alors que le diamant est associé aux 60 ans de mariage). Cette mode de la célébration des anniversaires de mariage, courante dans la petite bourgeoisie urbaine, se serait répandue dans les campagnes au XIXe siècle.

A ce propos, que dit le livre des livres : la Bible ?

Au départ, la bible ne dit pas expressément que l’anniversaire est une fête païenne, mais nous donne des indices très précis pour nous mettre en garde par rapport à cette tradition païenne.

Lisez avec moi le chapitre 40 du livre de Genèse.
… Le troisième jour, jour de la naissance de Pharaon, il fit un festin à tous ses serviteurs; et il éleva la tête du chef des échansons et la tête du chef des panetiers, au milieu de ses serviteurs:
il rétablit le chef des échansons dans sa charge d'échanson, pour qu'il mît la coupe dans la main de Pharaon; mais il fit pendre le chef des panetiers, selon l'explication que Joseph leur avait donnée.
Genèse 40 :20-22.
Vous comprenez que le Pharaon a l’époque n’était pas n’importe qui, c’était le représentant de la plus grande puissance de l’époque ; Égypte.

Maintenant lisez avec moi le chapitre 14 du livre de Matthieu.
En ce temps-là, Hérode le tétrarque, ayant entendu parler de Jésus, dit à ses serviteurs: C'est Jean Baptiste!
Il est ressuscité des morts, et c'est pour cela qu'il se fait par lui des miracles.
Car Hérode, qui avait fait arrêter Jean, l'avait lié et mis en prison, à cause d'Hérodias, femme de Philippe, son frère, parce que Jean lui disait: Il ne t'est pas permis de l'avoir pour femme.
Il voulait le faire mourir, mais il craignait la foule, parce qu'elle regardait Jean comme un prophète.
Or, lorsqu'on célébra l'anniversaire de la naissance d'Hérode, la fille d'Hérodias dansa au milieu des convives, et plut à Hérode, de sorte qu'il promit avec serment de lui donner ce qu'elle demanderait.
A l'instigation de sa mère, elle dit: Donne-moi ici, sur un plat, la tête de Jean Baptiste.
Le roi fut attristé; mais, à cause de ses serments et des convives, il commanda qu'on la lui donne, et il envoya décapiter Jean dans la prison.
Sa tête fut apportée sur un plat, et donnée à la jeune fille, qui la porta à sa mère.
Matthieu 14 : 1-11.
Ce que vous devez retenir et comprendre :
1. A travers la bible on ne trouve aucune trace de chrétiens qui observent cette tradition.
2. Seuls les représentants des nations païennes la fêtaient
3. A chaque fois que les païens fêtent leur anniversaire il y avait toujours un sacrifice sanglant.

En somme, les fêtes d’anniversaires sont des fêtes païennes d’origine et tout soi-disant serviteur de Dieu qui les fête, sous quelque forme que ce soit, s’identifie comme des païens. Et c’est pour éviter de tomber dans ce genre piège que Dieu m’a éclairé et moi, je vous éclaire aujourd’hui. Merci d’avoir lu et méditez bien.

réagissez ...

Répondre à ce message